Images et discours sur la ville : construction et mobilisation des représentations urbaines, deux exemples, Lyon et São Paulo

La journée d’études inaugurale du projet junior IMAGO s’est tenue à l’Université de São Paulo (USP) le 8 septembre 2015. Les échanges ont porté sur les manières dont les représentations urbaines sont construites et utilisées par différents acteurs pour tenir un discours spécifique sur la ville (urbanistique, politique, publicitaire…).

Résumés des interventions :

  • Discours cinématographiques sur São Paulo:  entre le passé et le présent

Eduardo Morettin (Professeur d’histoire du cinéma, Université de São Paulo)

Cette communication traite de la manière selon laquelle la ville de São Paulo a été le thème du cinéma brésilien entre les années 1930 et 1940.  D’abord, à partir de ‘Chasse au Renard’ (1913), d’Antonio Campos, on voit comment le loisir des élites de São Paulo est représenté dans un spectacle ayant la ville comme scène.  Puis, avec ‘São Paulo, symphonie d’une métropole’ (1929), de Rodolpho Rex Lustig et Adalberto Kemeny, tradition et modernité se conjuguent dans un effort d’idéalisation de l’espace urbain.  En conclusion, ‘Bandeirantes’ (1940), de Humberto Mauro, mobilise les valeurs chères à une certaine historiographie traditionelle envisageant de superposer sur le présent l’expérience du passé pour justifier les actions de l’État Nouveau (1937-1945).


  • Mémoires toponymiques de São Paulo:  (re)bâtir la ville à partir de sa mémoire

Patricia Carvalhinhos (Professeure de Linguistique, Université de São Paulo, DLCV)

En analysant les ressemblances entre les noms des lieux de plusieurs pays d’Europe, des philologues de la fin du XIXe siècle se sont aperçus que les toponymes sont des mots spéciaux. Ils se caractérisent par la préservation des traits linguistiques qui permettent aux chercheurs de suivre l’évolution de la langue à travers un fossile vivant, selon l’ancienne définition de Jean Brunhes (1925).  Cette capacité à garder des traits ne sert pas, bien sûr, seulement à la linguistique.  Ainsi, les toponymes sont utilisés dans plusieurs domaines savants pour révéler des donnés historiques, géographiques, botaniques, idéologiques…  concernant un peuple.

Les villes brésiliennes, relativement jeunes par rapport aux villes européennes ou d’autres continents, semblent ne pas avoir cette histoire.  Et pourtant, la mémoire toponymique, c’est l’apport établi par certains noms de lieux avec l’axe temporel qui révèle deux autres sommets :  l’homme et l’espace.  Elle sert à montrer plusieurs aspects intéressants qui aident à constituer l’image d’une ville, soit synchronique, soit diachronique.  Il faut constituer l’image actuelle ou passée d’une ville par ses toponymes ou par des expressions linguistiques avec valeur locative qui conservent des visions du monde, des croyances, des valeurs et la culture dans la description ou subjectivité des dénominations. Cette présentation montre comment un tel processus se réalise, dévoilant certains résultats qui mettent en évidence une image de São Paulo coloniale et des images quotidiennes d’une ville à partir des noms et des mémoires qu’ils évoquent.


  • Les cartes comme “opérateurs spatiaux” dans la construction de l’idée de modernité à São Paulo (XXe siècle)

Eliane Kuvasney (Doctorante en géographie humaine, Université de São Paulo, FFLCH – membre du projet junior IMAGO – Image(s) de la ville)

La communication traite des représentations de la ville de São Paulo au début du  XXe siècle, période qui est considérée comme la genèse de la métropole pauliste. Les objets de recherche les plus importants sont les cartes, prises en compte ici comme des objets techniques représentatifs des sociétés  et de leur temps (Santos, 2002) et qui «ont le pouvoir, comme beaucoup d’autres images, d’orienter les décisions de la société et de la culture, tout simplement parce qu’elles mettent en forme la vision du monde sur laquelle ces décisions prennent appui.» (Besse, 2006, p.5). Cette recherche porte sur la manière selon laquelle les transformations du début du XXe siècle ont influencé et ont été influencées par la production cartographique, notamment dans le cas spécifique des cartes produites pour représenter la ville de São Paulo et ses limites. Ce travail s’intéresse à la manière selon laquelle la cartographie, en reflétant les changements, a commencé à participer à la dynamique de la ville. Il s’agit de comprendre comment les éléments de cette dynamique (les idées de croissance et de l’expansion, par exemple) ont été mobilisés par les cartes, c’est-à-dire, comment les cartes sont devenues des « opérateurs spatiaux » : « entités qui possèdent une capacité à agir avec « performance » dans l’espace géographique des sociétés concernées (Lussault, 2007, p.19).


  • …ces photographies qui la montrent en entier :  la ville vue d’en haut:  São Paulo, 1910-1930

Ricardo Mendes (Chercheur en histoire de la photographie, Archives municipales de São Paulo)

À partir d’un essai récent portant sur l’histoire de l’aérophotogrammétrie appliquée à la gestion urbaine de São Paulo et Rio de Janeiro dans les années 1920[1], l’auteur analyse la perception des habitants de São Paulo sur la présence de l’aviation, sur l’image héroïque de l’aviateur et sur les images de la ville vues d’en haut.

[1] Bulletin d’information AHSP, 2014, disponible sur www.arquivohistorico.sp.gov.br


  • São Paulo:  les paradoxes de l’image de la ville dans le marché immobilier

Jaime Oliva (Chercheur, Institut d’Études Brésiliennes, São Paulo)

En partant du principe que les diverses réalités spatiales (discours, paroles, récits, connaissances, émotions, figures, images de l’espace) opèrent dans nos réalités spatiales et en sont en même temps des éléments, nous démontrons qu’historiquement le discours dominant à propos du marché immobilier de São Paulo portait un regard fortement dépréciatif sur la ville elle-même (ses fonctions interactives, ses espaces publics, sa vie sociale). Ce discours a participé (et participe encore) à la construction de la culture anti-urbaine, qui est l’un des fondements les plus importants de la dynamique de cette ville. Pour cette communication, diverses affiches publicitaires du marché immobilier contemporain et du début du XXe siècle ont été étudiées et analysées.


  • La ville sous le regard de la chorématique

Eduardo Dutenkefer (Doctorant en géographie humaine, Université de São Paulo, FFLCH)

En utilisant la chorématique – méthodologie d’analyse géographique et de modélisation des organisations spatiales développée par le géographe français Roger Brunet en 1980 – la ville, et la métropole de São Paulo, peuvent être représentées par une modélisation graphique qui révèle leurs plus importantes structures et dynamiques spatiales.


  • Quel statut pour Lyon dans les publications touristiques du début du XXe siècle ?

Damien Petermann (Doctorant en Géographie,Université Jean Moulin Lyon 3, UMR 5600 EVS. Responsable du projet junior IMAGO – Image(s) de la ville)

Au début du XXe siècle, plusieurs acteurs lyonnais, dont le syndicat d’initiative (S.I.L.) et dans une moindre mesure les élus locaux, se préoccupent de l’image de Lyon et de son attractivité touristique. Parmi les sujets discutés, il est notamment question de la mauvaise réputation de Lyon à l’extérieur : ville terne et monotone, sale, sombre, ville de brouillard…

Un discours de promotion touristique de Lyon commence à émerger dans les années 1900, porté par l’action du syndicat d’initiative. Lyon est comparé à plusieurs villes françaises, en particulier Paris et Marseille. Concernant Paris, c’est le statut de capitale qui cristallise les discours. Ancienne capitale des Gaules, puis primatie de la chrétienté française, Lyon a depuis longtemps perdu une telle influence en France. Dans les guides du S.I.L., la promotion touristique de la ville se fait en particulier par des références soigneusement choisies, avec des grandes villes et capitales européennes, comme Rome et Moscou.

La comparaison avec Marseille est quant à elle ravivée à partir de 1901, date du recensement qui place Marseille devant Lyon en terme de population : Lyon perd alors son statut de deuxième ville de France. Cette rivalité Lyon-Marseille devient un sujet très commenté dans les publications lyonnaises, au conseil municipal, mais également dans certains journaux locaux et nationaux. L’analyse des publications touristiques des années 1900-1930 permet de mettre en lumière les arguments développés par les différents acteurs pour défendre la primauté lyonnaise face à Marseille. Un discours bien rôdé se retrouve alors dans les guides POL et ceux du syndicat d’initiative de Lyon, ainsi que dans sa revue Lyon-Touriste. Dans les années 1910, une partie de ce discours fait même son apparition dans des guides Hachette, de portée nationale, avant de disparaître des éditions publiées dans la décennie suivante.

Si les comparaisons avec Paris et Marseille constituent une part non négligeable du discours touristique sur Lyon au cours de cette période, il est nécessaire de dépasser ces rivalités et de s’intéresser plus précisément au statut qu’occupe Lyon dans le paysage touristique français et européen. Il semble en effet exister une sorte de paradoxe lyonnais en matière de tourisme. Lyon jouit d’une situation géographique privilégiée et stratégique, au cœur des réseaux de circulation, sur l’axe Paris-Méditerranée. C’est une ville importante, classée centre de tourisme en 1921 et qui constitue depuis longtemps un carrefour en Europe : entre le Nord-Ouest de l’Europe et l’Italie, entre Paris et la côte d’Azur, entre la France et la Suisse. Et pourtant, c’est justement cette position de ville-étape qui semble desservir l’attractivité touristique de Lyon par rapport à d’autres villes françaises. A l’époque du chemin de fer P.-L.-M., Lyon est une ville où les voyageurs passent, mais ne s’arrêtent pas ou lorsque c’est le cas, seulement pour très peu de temps. Lyon est rarement une destination touristique à part entière. L’étude des guides locaux, tels ceux du S.I.L. , et nationaux, comme Hachette, permet de mieux saisir la place occupée par Lyon dans les itinéraires touristiques à cette époque.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *